Les choses que toutes les tricoteuses détestent

Aujourd’hui, chez WAK, nous voulons montrer notre côté le plus patient (et canaille !) en faisant une recompilation des situations par lesquelles nous devons passer quand notre grand hobby est de tricoter ou faire du crochet. Mais à combien d’entre nous, ne nous est-il pas arrivé plus d’une fois de devoir écouter, répondre, et dire aussi, supporter cette avalanche de questions qui se répètent encore et encore jusqu’à quasi épuiser notre infinie patience…

 

UN CLASSIQUE > Ma grand-mère faisait ça !

C’est tellement amusant et relaxant que tout le monde peut mettre les « aiguilles » à l’ouvrage 😉 C’est une activité qui se transmettait de génération en génération, mais aujourd’hui à l’époque de YouTube, nous pouvons apprendre par nous-mêmes avec la grande variété de vidéos tutoriels.

 

EN AVANCE SUR SON TEMPS > Ça ne coûte pas moins cher de l’acheter ?

Tricoter une couverture ou un accessoire pour décorer votre maison, des vêtements pour vous ou pour vos proches ; il n’est pas question de l’acheter tout fait, c’est le plaisir et les heures de divertissement que vous apporte cette activité, et cela n’a pas de prix ! Comme le dit le dicton : “Knitting is the new yoga” !

 

LE DEVIN ET SA BOULE DE CRISTAL > Combien de temps mets-tu à le faire ?? Et si tu le fais plus vite ??

Tout est une question de dévouement, nous avons tous différentes habilités avec les aiguilles ou le crochet, il s’agit de savoir combien de temps vous lui consacrez et de votre rapidité à le réaliser. Un bon plan pour le week-end, c’est de vous aménager du temps tout en regardant votre série ou film préféré.

 

YEUX EXPÉRIMENTÉS > C’est toi qui a fait ce pull ? Alors que l’on voit parfaitement qu’il a été confectionné à la machine.

Noooon, mais tu me flattes!  Nous pouvons être si bons dans ce que nous faisons que certains commettent l’erreur de nous confondre avec des machines. Non, ce pull a été acheté. J’aurais bien aimé l’avoir tricoté, moi, et les heures de plaisir que j’ai ratées…

 

DROIT AU BUT > Que c’est joli !!!… Tu m’en fais un ???

Si on me donnait des pelotes chaque fois que j’entends cette demande, j’aurais déjà un dépôt de la taille d’un pays rempli de pelotes et beaucoup de bonheur !!! Bien évidemment  je te le tricoterai quand mon pays plein de pelotes finira par s’épuiser.

 

LE MOMENT SI INOPPORTUN > Quand on vous demande ou qu’on essaye d’engager une conversation en plein milieu d’un rang pendant que vous comptez…

ÇA JAMAIS S’IL VOUS PLAIT !!! C’est la façon la plus rapide d’en finir avec la patience d’un knitteur ou d’un crocheteur, et s’ils le font ce n’est pas seulement une fois non, mais deux ou trois, à chaque fois que vous recommencez à compter, et bien… des aiguilles ou un crochet finiront bien par voler dans les airs non ?

 

VOTRE ÉTERNEL SOURIRE > Lorsqu’on vous mentionne ou qu’on vous tague sur un commentaire avec une photo sur laquelle apparaît une horrible queue de sirène ou un chapeau « d’october fest » en crochet et qu’on vous dise : « Regarde, comme ce que tu fais toi ! »

C’est très possible que nos vêtements ne soient pas vendus dans aucun magasin de souvenir ni de décoration, mais pour nous, ils occuperont toujours un endroit privilégié dans notre armoire et à nos yeux ça sera NOTRE QUEUE DE SIRÈNE 😊 !

INCOMPRÉHENSION > Lorsque vous souhaitez terminer un projet et que l’univers conspire contre vous en ajoutant des rendez-vous à votre agenda !

Vous voyez à la télévision : pluie, froid,… beaucoup de vent !!, vous vous frottez les mains parce que vous savez que cet après-midi vous avez un super bon plan : terminer ce projet que vous aimez tant tout en regardant votre série favorite avec une bonne tasse de thé et… DRINGGGG!!! L’univers décide de vous téléphoner pour vous arracher le super bon plan, ou vous avez une visite surprise ou tout simplement devoir faire une course. Oui knitters, ça nous arrive à tous !

 

…bon, nous espérons vous avoir décroché quelques sourires avec ce post, et vous avoir montré que nous avons beaucoup plus de choses en commun que nous le pensions, les knitters, nous sommes faits d’UNE LAINE DIFFÉRENTE.