“Moi aussi, je tricote’’


Les hommes le disent de plus en plus souvent : “moi aussi, je tricote”. Brisant ainsi les stéréotypes et les clichés que la société impose depuis des décennies, les hommes tricotent, eux aussi et, soit dit en passant, ils sont plutôt doués.

Ils sont nombreux à en avoir fait un hobby qu’ils pratiquent pendant leur temps libre pour s’éloigner de la routine professionnelle ou tout simplement pour le plaisir d’accomplir une activité manuelle au bout de laquelle ils sont récompensés. Quoi qu’il en soit, on adore les voir tricoter et on adore surtout voir augmenter le nombre d’hommes prêts à monter dans le « train de la pelote ».

Considéré comme un genre de méditation active, le tricot nous aide à nous concentrer, à nous détendre et à nous focaliser sur une activité continue. Le fait de répéter des points encore et encore produit dans notre organisme un effet relaxant qu’on appelle la ” réponse de relaxation “.

Le tricot est fortement conseillé aussi bien chez les enfants que chez les adultes et les personnes âgées, car il améliore de façon considérable les capacités motrices et stimule le cerveau, l’aidant à rester actif et à travailler de façon passive. Et les hommes sont de plus en plus conscients de tous ces avantages, à tel point qu’ils ne se limitent pas seulement à tricoter chez eux et poussent le bouchon plus loin en créant des groupes ou des associations pour que les hommes passionnés de tricot puissent partager leurs expériences entre eux.

Víctor Rojas et Marco Orellana, membres du groupe ‘Hommes au tricot’ (Chili), nous racontent leur expérience dans ce monde fascinant :  

Víctor Rojas (@palilloylana):

‘J’ai commencé à tricoter à l’âge de 3 ans et demi. Petit, j’ai demandé à ma grand-mère de m’apprendre à tricoter, mais mon père s’est carrément opposé car il ne voulait pas que j’apprenne. Il préférait plutôt que je m’intéresse aux petites voitures ou aux épées. 

Le tricot a ainsi disparu de ma vie jusqu’à il y a 4 ans où j’ai décidé d’apprendre enfin par moi-même : j’ai donc acheté des aiguilles, de la laine et grâce aux tutoriels de Youtube, j’ai commencé à apprendre à tricoter.

Au bout d’un moment, j’ai découvert les « Hommes au Tricot » au Chili que j’ai commencé à fréquenter jusqu’à ce qu’ils me demandent de rejoindre leur équipe. 

Dans mon cas, le tricot m’aide à penser et à me relaxer surtout lorsque j’ai plein de choses dans la tête ou d’importantes décisions à prendre. Je commence à tricoter et au bout d’un moment mon esprit se détend, me permettant de faire les bons choix. Le tricot me permet également de me détendre beaucoup. J’adore aussi bien tricoter que crocheter, tantôt à la maison, tantôt sur la plage, dans les jardins publics, seul ou accompagné. 

En outre, je suis enseignant et dès que l’opportunité se présente, je profite pour enseigner le tricot ou le crochet.’’

Marco Orellana (@marhoop85):

J’ai commencé à tricoter lorsque j’avais 8 ans. Ma grand-mère était fan d’activités manuelles, de cuisine et de tricot. J’ai énormément appris grâce à elle. 

Un jour elle m’a demandé si je voulais apprendre à tricoter. J’ai accepté et c’est ainsi que j’ai appris à faire du tricot. J’adorais travailler la laine avec deux aiguilles, c’était des moments magiques. C’est là où est naît mon amour pour le tricot, un amour qui a une connotation très émotive puisqu’il est associé à ma mamie Lila. Je pense très souvent à elle. Les dernières années de sa vie, j’ai passé de longues heures avec elle à tricoter et le tricot est resté pour moi une belle activité qui me permet de me connecter aux autres. 

Depuis que je participe avec le groupe des Hommes au Tricot, le tricot m’a aidé à me connecter à des personnes merveilleuses et pas seulement au Chili, mais partout ailleurs où j’ai fait la connaissance de personnes aux cultures et aux idées différentes qui se connectent entre elles grâce à l’amour du tricot.

Helios est également un grand ami de la famille WAK. Si vous avez l’opportunité, nous vous conseillons de jeter un coup d’œil à son profil : vous allez tomber amoureux de ses créations. Nous, on est déjà tombé sous son charme !

Helios (@subostitch),

‘’Mon premier contact avec ce monde merveilleux qu’est le tricot eut lieu il y a très longtemps. C’était l’hiver 2011. Je cherchais désespérément un bonnet très épais tricoté avec une grosse laine mais pas moyen de trouver ce que je cherchais. Et soudain, je suis tombé sur un kit de tricot avec un patron parfait pour réaliser exactement le projet que je recherchais ! Ni une ni deux, j’ai acheté le kit sur le champ.

Quand je l’ai reçu, j’étais impatient de commencer le défi qui m’attendait. Ça peut avoir l’air un peu nul, mais croyez-le ou pas, pour moi c’était un vrai challenge. Pour être vite fin prêt, j’ai commencé par regarder des tutoriels sur Internet pour apprendre les points basiques au tricot. Et c’est ainsi que j’ai débuté cette belle activité qui est devenue toute une passion !

J’adorais créer des vêtements de mes propres mains avec juste un fil et deux aiguilles, à tel point que j’ai vite augmenté la difficulté de mes projets au fur et à mesure que j’apprenais : un bonnet, une écharpe, un gilet….. 😅. Voici une petite anecdote que je vais partager avec vous. Lorsque j’étais étudiant, je tricotais tout le temps ! Je tricotais pendant mon trajet dans les transports en commun car je devais faire un trajet quotidien de presque deux heures. Je tricotais aussi en classe. Les professeurs ne m’ont jamais rien dit car contrairement à ce que vous pouvez penser, ils s’étaient rendu compte que le tricot m’aider à me concentrer pendant leur cours qui pouvaient durer parfois jusqu’à quatre heures. Bref, ce fut une période de ma vie absolument géniale qui fut très productive !

J’ai même réussi à convertir au tricot certains de mes camarades de classe qui, me voyant tricoter, ont eu envie d’essayer.

Aujourd’hui, le tricot fait partie de ma vie et je ne peux même pas imaginer sortir de chez moi sans une pelote et deux aiguilles dans mon sac 😁 ! En y réfléchissant, je me rends compte que cette activité artistique m’a énormément apporté : tricoter est en même temps une activité relaxante, créative, utile et manuelle…. qui permet de créer des liens ! Lorsque les gens me voient tricoter en public, ils sont souvent choqués parce que je suis un homme et un homme jeune, qui plus est ! Mais intrigués, ils viennent me voir et me parlent, ils me disent que c’est rare de voir des hommes tricoter, que c’est génial, ou alors ils s’intéressent à ce que je suis en train de faire et me demandent s’ils peuvent toucher la laine avec laquelle je travaille !

J’ai récemment eu la chance de rejoindre un groupe de tricoteuses à Cannes qui organisent des knitting parties deux fois par mois au parc du Château de Mouans Sartoux. Le knitting est un vrai réseau social que j’admire énormément et je suis vraiment fier de faire partie de cette communauté si exceptionnelle (ou devrais-je parler de “Grande Famille” ?) de tricoteurs et de tricoteuses, pleine de personnes incroyables qui ne demandent qu’une seule chose : partager leur passion !

J’aimerais finir ma petite histoire en disant que le Knitting n’a ni sexe, ni âge : je suis un homme de 27 ans qui travaille dans un bureau et qui est heureux et fier de faire du tricot. Bref, si vous avez envie de commencer à tricoter, quelle que soit la raison, n’hésitez pas et lancez-vous ! Mais soyez prudent car on devient vite accro. Vous aurez été prévenu 😉 !

Les gars, ceci est pour vous. Si vous êtes curieux et avez envie de démarrer cette activité qui vous a toujours attirés mais que vous n’avez jamais osé commencer, une seule chose vous reste à faire … Faites une petite pause, …. Réfléchissez…

…alors, j’attends quoi pour dire “MOI AUSSI, JE TRICOTE” ?

Rejoignez vite le mouvement #realmenknit